Soutenance de thèse Marie de Rugy, Cartes et constructions de territoires impériaux dans le nord de la péninsule indochinoise, 1885-1914 – 18 novembre 2016

Marie de Rugy, Cartes et constructions de territoires impériaux dans le nord de la péninsule indochinoise, 1885-1914, Univ. Paris 1 / UMR Sirice-CHAC / ED 113, thèse d’histoire, dir. Hugues Tertrais, co-dir. Hélène Blais, soutenance le 18 novembre 2016 (mderugy@gmail.com)

Le jury sera composé de :

  1. Mme Hélène Blais, Professeur, ENS Ulm,
  2. William Gervase Clarence-Smith, Professeur, SOAS,
  3. Philippe Papin, Directeur d’études, EPHE,
  4. Philippe Pelletier, Professeur, Université Lyon 2,
  5. Pierre Singaravélou, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne,
  6. Hugues Tertrais, Professeur émérite, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Résumé : Les cartes apparaissent d’ordinaire comme des outils de pouvoir et de domination. Ces liens entre savoirs et pouvoirs, entre carte et territoire, sont-ils aussi serrés ? Ma thèse porte sur les savoirs cartographiques en situation coloniale, au nord de la péninsule indochinoise. J’y envisage la manière dont des espaces frontaliers, disputés par des Etats coloniaux et nationaux, ont été représentés et construits, entre 1885 et 1914, par les différents acteurs en présence : empires britannique, français et chinois, royaume de Siam, populations locales. L’enjeu est de dépasser les histoires nationales afin de proposer une étude croisée des politiques géographiques britannique et française dans des marges impériales et de lire les relations entre politiques géographiques impériales et pratiques de terrain.

The making of imperial territoires in Northern Indochinese Peninsula

Geography and cartography very often appear as sciences of imperialism, as maps are seen as instruments of domination. Are these links between maps and territories so tight? I will discuss the link between cartography and empire and will question the construction of the imperial territories through maps in Northern Indochinese Peninsula. I see how the border areas that were disputed by the colonial and national States were represented and constructed, between 1885 and 1914, by the different actors: British, French and Chinese empires, Siam realm, local peoples. The challenge is to  go beyond national approaches to offer a connected history of the British and French geographical policies in imperial margins and observe the relations between imperial geographical politics and science on the ground.

Be Sociable, Share!
Site Web de l'Association française pour la recherche sur l'Asie du Sud-Est: Afrase Follow us Facebook Twiter RSS