Audrey Bochaton Univ. Paris-X Nanterre Des plantes médicinales au cœur de filières commerciales transnationales : diversification agricole et réseau diasporique Hmong (Laos, États-Unis, France)

Séminaire général du CASE

animé par Vanina Bouté, Andrée Feillard, Rémy Madinier

Audrey Bochaton Univ. Paris-X Nanterre Des plantes médicinales au cœur de filières commerciales transnationales : diversification agricole et réseau diasporique Hmong (Laos, États-Unis, France)

25 juin 2015

10 h à 12 h Maison de l’Asie, 22 av du Président-Wilson 75016 Paris

Au Laos, les médecines dites traditionnelles se répartissent en deux classes : celles qui font appel en priorité à des remèdes (médecine herboriste) et celles qui font usage des rituels (médecine magico-religieuse). Jusqu’au protectorat français, instauré à la fin du XIXe siècle, aucune autre alternative de soins que la médecine traditionnelle ne s’offrait aux Laotiens. Mais depuis le début du XXe siècle mais surtout à partir de 1975, date des débuts de la santé publique au Laos, la médecine traditionnelle semble de plus en plus délaissée par les Laotiens au profit de la médecine allopathique. Il existe néanmoins aujourd’hui de nombreux acteurs qui s’intéressent aux plantes médicinales poussant sur le sol laotien, à commencer par les compagnies pharmaceutiques laotiennes mais également étrangères présentes sur place. Le Laos attire également de nombreux commerçants (surtout en provenance de Chine et du Vietnam) à la recherche de plantes rares afin de les revendre dans leur pays d’origine. Enfin, parmi les nouveaux acteurs attirés par la pharmacopée traditionnelle, on compte des membres de la diaspora Hmong vivant aux Etats-Unis et en France (dont la Guyane française) dont certains continuent de se soigner avec les plantes médicinales en provenance du Laos. Ces usages thérapeutiques particuliers mettent ainsi en mouvement des remèdes traditionnels entre différents pôles ; ils se matérialisent par des envois postaux et par fret de plantes médicinales collectées au Laos et acheminées en direction des villes américaines et françaises où est implantée la diaspora Hmong depuis les années 80.

L’objectif de cette communication sera de présenter la constitution de cette filière commerciale transnationale et d’analyser comment elle participe de la diversification des activités agricoles des Hmong dans les espaces ruraux laotiens (exemple du district de Nong Hed dans la province de Xieng Khouang).

Be Sociable, Share!
Site Web de l'Association française pour la recherche sur l'Asie du Sud-Est: Afrase Follow us Facebook Twiter RSS