Séminaire Villes diffuses en Asie

       Villes diffuses en Asie
                Nouvelles perspectives sur le desakota
 
Séminaire organisé dans le cadre du DSA
« Architecture et Projet Urbain», ENSA de Paris-Belleville avec l’UMR-AUSSER
9 avril 2015
Salle des enseignants, ENSAPB, de 14h30 à 17h45

PROGRAMME
 
14h30-15h. Introductions. Adèle Esposito, chargée de recherche CNRS-AUSSER
15h-15h30. Le desakota en son envers, son endroit : agriculture et aménagement des périphéries métropolitaines de Shanghai. Etienne Monin, doctorant, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Laboratoire Prodig UMR 8586
15h30-15h45. Questions/ Réponses
15h45-16h. Pause
16h-16h30. Les métropoles diffuses en Chine : processus de transition urbaine dans la région de
delta du fleuve Yangzi. Andrea Palmioli, doctorant UMR AUSser
16h30-16h45. Questions/Réponses
16h45-17h15. Enjeux de l’étalement urbain sur les recompositions des pratiques quotidiennes des
habitants périurbains de Hanoi. Gwenn Pulliat, ATER, Aix Marseille Université/ESPE
17h15-17h45. Questions/Réponses & Discussion animée par Adèle Esposito
Ce séminaire vise à engager une réflexion sur les processus et les formes de l’urbanisation diffuse en Asie. Par urbanisation diffuse, on entend une figure de l’urbanisation caractérisée par l’alternance, la coexistence, et l’hybridation de formes urbaines et rurales, dispersées sur des territoires urbanisés à basse densité (Piccinato e Sartore 1990, Piccinato, Quilici et Tafuri 1962, Barattucci 2015). Avec des temporalités spécifiques à chaque pays d’Asie, on assiste, depuis environ trente années, à la formation de régions métropolitaines et de territoires urbanisés (McGee 2009). Pour décrire la nature de ces phénomènes, des chercheurs travaillant sur l’Asie ont construit des concepts aptes à saisir les processus à l’œuvre dans ces contextes. Parmi ceux-ci, Mc Gee (1991) a désigné, par le néologismedesakota (de l’indonésien, desa, village ; kota, ville), des régions caractérisées par la mixité entre activités agricoles et non-agricoles qui, souvent, se développent le long de corridors reliant de grands noyaux urbains (Sui et Zeng 2001). Dès lors, de nombreux travaux se sont servis du concept dedesakota pour appréhender les phénomènes urbains en Asie (inter al. Guldin 1996 ; Hebbert 1994). Ces travaux se sont principalement intéressés aux métropoles et aux grands pôles de développement  et ont privilégié certains terrains (ex. l’Asie de l’Est et l’Indonésie). La majorité d’entre eux a développé des approches d’analyse fondées sur une appréhension géoéconomique des phénomènes urbains ou sur l’évaluation des pro et contra de cette figure de l’urbanisation sur le plan environnemental, administratif, et social.
Ce séminaire vise à ouvrir des pistes d’investigation sur l’urbanisation diffuse et le desakota, qui ont été moins développées par la littérature, mais tout autant importantes pour comprendre les processus d’urbanisation en Asie contemporaine. Sans prétention d’exhaustivité, sont livrées ici quelques thématiques de réflexion qui pourront être développées par les contributions à ce séminaire.
1). Les fondements théoriques, les outils conceptuels et analytiques qui permettent d’appréhender les phénomènes d’urbanisation diffuse en Asie.
Le panorama de la recherche sur l’Asie a été largement influencé par les notions de desakota et de « extended metropolitan region » développées par McGee. En revanche, des travaux portant sur des contextes occidentaux ont développé d’autres désignations, inter alia celle de « concentration dispersée métropolitaine » (Castells 1998), de « post-suburbanisation » (Phelps et Wu 2011) et de « métropole horizontale » (Secchi et Viganò 2013).
Des concepts élaborés pour des contextes occidentaux, peuvent-ils éclairer ou servir comme catégories d’analyse pour l’étude des contextes asiatiques ? Quelles sont, s’il y en a, les singularités irréductibles des villes diffuses asiatiques ? Certains auteurs (inter alia Yokohari et al. 2000) ont essayé de montrer que la figure urbaine du desakota serait spécifique à l’Asie. Par ailleurs, des recherches récentes sur le site archéologique d’Angkor ont établi un lien entre l’urbanisme des anciennes capitales khmères (caractérisées par la basse densité et la prévalence des fonctions agraires) et les phénomènes contemporains de desakota en Asie du Sud-Est[1].
2). L’urbanisation diffuse des villes moyennes  
Les travaux sur l’urbanisation diffuse en Asie ont été en grande partie focalisés sur les métropoles et les grandes villes. Mais désormais, les processus d’urbanisation dispersée concernent aussi les villes de taille moyenne qui sont capables d’attirer des capitaux, des ressources, et de nouvelles populations. Parmi celles-ci, les villes touristiques (par exemple, la ville de Melaka), où la spécialisation patrimoniale et commerciale du centre historique amène au déplacement d’autres fonctions (administratives, résidentielles, etc.) vers la périphérie, mais aussi à l’implantation de nouvelles formes et activités dans des vastes territoires urbanisés. A l’instar de Robinson (2006), le séminaire accueillera des contributions étudiant l’originalité et l’innovation des processus d’urbanisation dans ces villes dites « ordinaires » par rapport aux grandes agglomérations de la région.
3). La reconfiguration des centralités urbaines
 
Une grande partie des recherches sur l’urbanisation dispersée a analysé les franges métropolitaines, le périurbain, et les nouvelles zones d’expansion. Dans un article récent, McGee (2009) souligne l’importance de conduire des recherches sur « les marges des méga-régions urbaines » qui concentreront 75% de la croissance urbaine au cours des prochaines décennies. Or, si ces recherches s’avèreront fort utiles, McGee souligne également l’importance de travailler sur la redéfinition des rapports entre centre et périphérie, sur leur articulation… ou désarticulation. Quel est le rôle des centres urbains, et en particuliers des noyaux historiques des villes diffuses ?  Quelles nouvelles centralités se configurent lorsque le territoire urbain s’élargit ? Comment ces centralités s’articulent-elles, sur le plan physique, spatial, et fonctionnel, dans des grandes agglomérations diffuses ?
4). Le devenir de l’idée de « ville » à l’épreuve de la dispersion.
Les périmètres urbains s’élargissent : les municipalités de Hanoi et de Ho Chi Minh Ville ont, par exemple, vu leurs frontières s’agrandir à partir de 2008, avec l’inclusion de vastes zones rurales. La municipalité de Siem Reap, au Cambodge, inclut aujourd’hui 13 communes, dont 3 auparavant rurales, et une surface cultivée de plus de 12.000ha.
Le terme ville, est-il utilisé pour décrire ces territoires urbanisés mais hybrides ? Quelles sont les significations qui lui sont associées ? Dans un travail récent, McGee (2009) invite les chercheurs à interroger la pertinence actuelle de ce mot, et de celui qui lui est souvent opposé, de « campagne ». Une interrogation qui doit être fondée sur la connaissance du bagage historique et culturel de ces notions, et de leur portée politique dans les stratégies d’aménagement et de gouvernance urbaine.
De nature exploratoire, ce séminaire inaugure une réflexion de longue haleine sur la thématique de la « ville diffuse », qui sera développée à l’ENSA de Paris-Belleville, à l’UMR AUSser, et au Labex Futurs Urbains, à partir de cette année. Il vise alors à identifier des chercheurs, et surtout des jeunes chercheurs, qui pourraient être impliqués dans cette réflexion à venir.
Contact :
Il est préférable de communiquer par email votre participation au séminaire
Bibliographie sélective.
 
Barattucci, C. 2015. « Campagna urbanizzata, urbanizzazione diffusa et città diffusa : les inventions lexicales des urbanistes italiens après 1960 », dans Coudroy, L. et Ratouis, O. (a cura di), Langages techniques et spécialisés de l’urbain, Collection Les mots de la ville. Paris : Unesco – Maison des sciences de l’homme – Ehess, Paris (en cours de publication).
Castells, M. 1998. La société en réseaux. L’ère de l’information. Paris, Fayard.
Franck, M., Goldblum, C. et Taillard, C. (dir.), 2012, Territoires de l’urbain en Asie du Sud-Est. Métropolisations en mode mineur, Paris : CNRS Editions, coll. « Etudes Imasie-Pacifique ».
Chaléard, J.-L. (dir.), 2014, Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries? Paris : Karthala-Prodig.
Guldin, G.E., 1996. “Desakotas and beyond: urbanization in southern China”, inEthnology, vol. 35, n°4, pp. 265–283.
Hebbert, M., 1994. “Sen-biki amidst Desakota: Urban Sprawl and Urban Planning in Japan” in Shapira, P., Masser, I., Edginton, D.W. (eds.), Planning for Cities and Regions in Japan. Liverpool: Liverpool Universities Press, pp. 70–91.
McGee, T.-G., 1991. “Presidential Address: Eurocentrism in geography – the case of Asia Urbanization” in The Canadian Geographer, n° 35, 332–344.
McGee, T.-G., 2009. The Spatiality of Urbanization: The Policy Challenges of Mega-Urban and Desakota Regions of Southeast Asia, in: Working Paper -N. 161. Presented at the UNU-IAS, Yokoama, p. 40.
Phelps, N.-A. and Fulong Wu (eds.). 2011. International Perspectives on Suburbanization: a Post-suburban World? New York: Palgrave MacMillan.
Piccinato, G., and Sartore, M. 1990. “Spazio rurale e urbanizzazione diffusa: il caso veneto.” In Clementi, A. et Perego, F. (a cura di), Eupolis. La Riqualificazione Della Città in Europa. Roma-Bari: Laterza, pp. 489-505.
Piccinato, G., V. Quilici, and M. Tafuri. 1962. “La Città Territorio, verso una nuova dimensione.” In Casabella Continuità, n° 270, p. 16.
Robinson, J. 2006. Ordinary Cities. Between Modernity and Development. London-New York: Routledge.
Secchi, B. et Vigano’, P. 2013. Habiter le Grand Paris. L’habitabilité des territoires: cycles de vie, continuité urbaine, métropole horizontale. Paris: Atelier International du Grand Paris. Publication en ligne: http://www.ateliergrandparis.fr/aigp/conseil/studio/Studio13Habiter2013.pdf 16 février 2015.
Sui, Z.-D., Zheng, H., 2001. “Modeling the dynamics of landscape structure in Asia’s emerging desakota regions: a case study in Shenzhen”, in Landscape and Urban Planning, n° 53, 37–52.
Yokohari, M., Takeuchi, K., Watanabe, T., Yokota, S., 2000. “Beyond greenbelts and zoning: A new planning concept for the environment of Asian mega-cities”, inLandscape and Urban Planning, n° 47, pp. 159–171.
 
Be Sociable, Share!
Site Web de l'Association française pour la recherche sur l'Asie du Sud-Est: Afrase Follow us Facebook Twiter RSS