Soutenance de Nao-Cosme Rémon (anthropologie, Indonésie)

Descendre de la montagne, traverser la mer : Dynamiques de l’origine, processus d’organisation sociale et ethnogenèse chez les Riung de Florès (Indonésie)

La soutenance a eu lieu le vendredi 21 décembre 2012 à 14h00, dans la salle Paul Albert Février, Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), Aix-en-Provence.

Le jury était composé de:

M. Robert H. Barnes, Professeur, Oxford University (rapporteur in absentia)
M. James J. Fox, Professeur, Australian National University, Canberra, (rapporteur in absentia)
M. Pierre Lemonnier, chercheur au CNRS/CREDO, Maison Asie Pacifique, Marseille
Mme Dana Rappoport, chercheur au CNRS/EHESS, Centre Asie du Sud-Est, Paris
M. Bernard Sellato, chercheur au CNRS/EHESS, Centre Asie du Sud-Est, Paris (directeur de thèse)
Mme Silvia Vignato, Professeur, Università di Milano-Bicocca, Milan

Résumé de la thèse: 
Les villages et les domaines coutumiers de la région de Riung, dans le centre-ouest de l’île de Florès (Indonésie orientale), constituent un ensemble hétérogène marqué par une variabilité culturelle, linguistique, et religieuse. Cette diversité prend place dans un contexte ethno-historique caractéristique de l’aire austronésienne : un paysage traversé par des dynamiques structurantes de mobilité, de dispersion et d’agrégation de groupes humains. S’éparpillant à partir d’une montagne locale ou débarquant sur la côte, les communautés de Riung s’organisent selon un mode essentiellement dualiste fondé sur un principe de préséance qui ordonne la vie sociale et rituelle. L’altérité, conçue localement comme un invariant du « vivre ensemble », participe à l’émergence et à l’entretien d’une ethnicité.
Cette thèse interroge la construction du paysage social Riung à travers trois axes d’analyse principaux : d’abord les élaborations culturelles et sociales liées à la conception locale de l’ « origine », ensuite les processus ethno-historiques d’organisation sociale, enfin les pratiques, notamment matrimoniales, qui articulent et alimentent les espaces d’interrelations. A ces différents niveaux de la vie sociale correspondent par ailleurs des dynamiques identitaires elles-mêmes variées : la continuité d’une identité ancestrale de lignage ; la gestion d’une division religieuse de la population entre catholiques et musulmans ; et l’émergence d’une identité ethnique.

Mots-clés : origines ; aire austronésienne ; organisation sociale ; ethnogenèse ; préséance ; coexistence interreligieuse

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Site Web de l'Association française pour la recherche sur l'Asie du Sud-Est: Afrase Follow us Facebook Twiter RSS