Soutenance de Ayang Utriza Yakin (histoire, philologie, Indonésie)

Undhang-Undhang Bantĕn : Étude Philologique de la Compilation des Lois du Sultanat de Bantĕn (à Java, Indonésie) aux XVIIe et XVIIIe siècles.

La soutenance aura lieu le mercredi 16 janvier 2013 à 9h À la Maison de l’Asie, grande salle, 1er étage, 22 Avenue du Président Wilson, 75116 Paris. Métro Iéna (ligne 9) ou Métro Trocadéro (ligne 6). 

Le jury sera composé de:

M. Claude GUILLOT, CNRS et EHESS (directeur de la thèse)
M. Edwin P. WIERINGA, Universität zu Köln
M. François DÉROCHE, École Pratique des Hautes Études
M. Luis Filipe R. THOMAZ, Universidade Católica Portuguesa
M. Pierre LABROUSSE, INALCO
M. Daniel PERRET, EFEO (rapporteur)
Mme. Nathalie BERNARD-MAUGIRON, IRD et IISMM (rapporteur)

Résumé de la thèse:

La thèse essaie de montrer l’histoire du droit dans le sultanat de Bantĕn aux XVIIe et XVIIIe siècles. L’étude se fonde principalement sur un manuscrit unique, intitulé Undhang-Undhang Bantĕn (le ‘code’ de Bantĕn). Ce texte a appartenu au dernier cadi de Bantĕn qui portait le titre  Kiyahi Pĕqih Najmuddin (mort en ca. 1855 ou 1856). Le codex se trouve actuellement dans la collection de Snouck Hurgronje à la bibliothèque de l’université du Leyde, aux Pays-Bas, sous la cote L.Or 5598. Ce manuscrit, composé de 227 pages au total, fut écrit essentiellement en javanais avec des caractères arabes (pegon) et javanais, tandis que 11 pages sont rédigées en malais (caractères arabes [jawi]). La partie la plus ancienne de ce texte contient 65 pages écrites en caractères javanais et copiées après 1755, mais on sait que le reste l’a été après 1815. Cette thèse est constituée d’un travail philologique : la translittération de l’écriture javanaise et arabe en écriture latine, la traduction du texte javanais en français, et les commentaires. Il s’agit d’une édition critique qui pourrait servir au plus grand nombre de chercheurs.

Le manuscrit ‘Undhang-Undhang Bantĕn’ (UUB), datant des XVIIe et XVIIIe siècles, est un texte hétéroclite. Il s’agit d’une compilation de onze textes juridiques de natures différentes. Ce n’est pas, proprement dit, un code de lois du sultanat de Bantĕn, mais plutôt la mise par écrit du droit coutumier en vigueur à cette époque. Ce codex était destiné à servir de façon très pratique. On a rassemblé des textes dans un recueil qui servait de guide pour juger les cas nouveaux. On peut supposer qu’au fil du temps les cadis en fonction ont fait rédiger les dispositions permettant de régler les problèmes très concrets. Ainsi, le cadi pouvait baser sa décision sur un texte et rendre son jugement sur des affaires qui pouvaient  survenir au sein de la société. Le contenu de l’UUB montre que les sources des lois à Bantĕn se trouvent  principalement dans le droit coutumier (dirgama) de la société javanaise de Bantĕn, y compris l’héritage législative des précédents royaumes nousantariens, ensuite dans le droit musulman (agama/šara‘) et enfin elles ont été influencées par le droit ‘européen’.

Mots-clés :
Undhang-Undhang Bantĕn, Kiyahi Pĕqih Najmuddin, Sultan Abul Mafakhir, Kyai Arya Mangunjaya, Sultan Haji, Sultan Zainul Abidin, Sultan Zainul Arifin, Bumi, Dalĕm, Kumpĕni, Pangulu, Petor, Risyden, Nayaka, Ponggawa, Mantĕri, Suranagara, Agama, Dirgama, Šara‘, Ta‘zīr, Ḥad, Ijtihād.

————–

Abstract

The thesis attempts to show the legal history in the Sultanate of Banten, in the XVIIth and the XVIIIth centuries. This study is based on the manuscript L.Or 5598. The manuscript belongs to the last Kiyahi Pĕqih Najmuddin (the title of the Islamic judge of the Sultanate of Banten) Faqih Haji Muhammad Adin (died c.1855/6). The manuscript is unique, and is preserved in the library of Leiden University (the Netherlands), thanks to Snouck Hurgronje, a leading Dutch scholar of Islam in Indonesia. The major part of the text is written in Javanese (227 pages in total), whilst 11 pages are written in Malay, using Arabic and Javanese letters. Its origins lay in diverse sources: a 65-page text in Javanese letters, which was reproduced post 1755, and the remaining 162 pages, this time written in Arabic letters, reproduced post 1815. The thesis consists basically of a philological work : the transliteration of the Arabic and Javanese script into Latin script, the original Javanese text translation in French, and the comments. The resultant edition of the text allows for its use as widely as possible.

The ‘Undhang-Undhang Bantĕn’ (UUB) dating from the seventeenth and eighteenth centuries is a hybrid text. It is composed of several separate texts (11 texts) bound together in one manuscript. The text itself is not a “code” of laws of the Sultanate of Banten, but the writing down of customary law in force at that time. This codex is intended to serve a very practical way. The texts are put together in one collection, to serve as a guide in new cases. Apparently, the cadi wrote down the cases that contain the provisions applicable to dealing with very real problems. Thus, the cadi could base his decision on the text, and give judgment on relevant matters that may arise within the society. The contents of the Undhang-Undhang Bantĕn show that the ‘code’ of laws of this State are effectively formed and compiled from the customary law [dirgama] of the Javanese society of Banten, including the legislative legacy of the Nusantara state prior to the arrival of Islam, Islamic Law (agama/šara’) and ‘European’ law.

Keywords :

Undhang-Undhang Bantĕn, Kiyahi Pĕqih Najmuddin, Sultan Abul Mafakhir, Kyai Arya Mangunjaya, Sultan Haji, Sultan Zainul Abidin, Sultan Zainul Arifin, Bumi, Dalĕm, Kumpĕni, Pangulu, Petor, Risyden, Nayaka, Ponggawa, Mantĕri, Suranagara, Agama, Dirgama, Šara‘, Ta‘zīr, Ḥad, Ijtihād.

Be Sociable, Share!

Laisser un commentaire

Site Web de l'Association française pour la recherche sur l'Asie du Sud-Est: Afrase Follow us Facebook Twiter RSS